L'âge d'or des sciences arabes
L'actualité à La Villette

L'ombre à La Villette

Il y a deux semaines, première visite de notre séjour à Cité des sciences La Villette. À l'horaire : l'exposition L'ombre à la portée des enfants (à noter l'ingéniosité complémentaire de ce site par rapport à l'exposition). C'est une exposition destinée aux enfants de 5 à 12 ans réalisée en collaboration avec le Centre Pompidou.

J'ai adoré!

Ici, on peut voir un plan de l'exposition qui vous permettra de suivre mes propos par zone.

Entrée (en haut à gauche sur le plan) : l'entrée est séparée en deux zones. La première, dans le noir total (guérite de l'exposition). La seconde (après un rideau à bandelettes), éblouissante de lumière. On y découvre que l'on entre dans l'univers d'Archibald Ombre, professeur-loufoque spécialiste des ombres. D'entrée de jeu, on (je?) embarque.

Tous les décors des pièces de la maison d'Archibald sont aménagés selon sa fonction «normale» dans toute maison. C'est ce qui fait qu'on entre vraiment dans l'atmosphère de visiter le professeur.

Salle 1 (Grand salon) : On passe ensuite au salon où débute la pénombre. Elle nous suivra durant toute la visite. Deux principales activités avec deux écrans et projecteurs. Quand on passe devant le premier, on voit notre ombre filmée puis projetée sur l'écran avec celle des «passeurs» précédents. Quand on passe devant le second, c'est notre contour qui est «sélectionné» puis retransmis. Les enfants s'amusent évidemment à recommencer à l'infini.

À prime abord, c'est plus une zone de jeu qu'une zone d'apprentissage. Je devine que lors des visites guidées et ateliers, le guide a pour objectif de faire découvrir aux enfants qu'ils ont une ombre.

Corridor 1 : Quelques photos «artistiques» où l'on voit des ombres d'objets de la «vraie» vie.

Salle 2 (Cabinet de curiosité) :Ambiance sombre.

Au plafond, un lit en fer accroché (celui d'Archibald) et des dizaines de luminaires de toutes époques. Certains faiblement éclairés. D'autres éteints.

Aux murs, des alcoves où se côtoient sculptures-«ombrifères» éclairées en douce, instruments scientifiques liés à la lumière (p. ex. : cadran solaire) et vieux appareils photo. J'ai déploré le manque d'information... pourquoi ces objets en particulier? Est-ce une tentative de mettre en valeur, d'un côté, le côté artistique des instruments scientifiques et objets techniques, et de l'autre côté le volet «scientifique» des sculptures?

Au centre, quelques modules interactifs pas très attirants ni instructifs. Peut être pour faire transition?

Salle 3 (Laboratoire) : C'est là que les manipulations commencent pour vrai.

Toutes sortes d'activités pour manipuler les ombres. Les enfants s'en donnent à coeur joie. Ça s'amuse, ça manipule, ça pose des questions, ça parle fort. Du hands-on classique, mais qui leur donne l'impression de vivre le thème.

Le tout, toujours présenté comme des expériences «sérieuses» réalisées par le professeur Archibald pour comprendre les ombres.

Salle 4 (Cuisine) : Nouvelle zone de jeu simple avec des jeux d'ombres (éclairer un batteur à oeufs mécanique, une passoire, des bouteilles d'eau colorée).

Salle 5 (Serre) :les étoiles, la lune, l'espace. Le plus marquant, c'est la capacité des concepteurs à nous donner l'impression d'être dans une vraie maison.

Salle 6 (Jardin) : les ombres dans les histoires, dans le cinéma et dans les affiches.

Comme je vous disais, j'ai beaucoup aimé l'exposition. Surtout le fait d'avoir vraiment eu l'impression d'entrer dans l'univers d'un professeur.

Une grande question demeure : quelle animation est faite avec cette exposition? Est-ce que le guide apporte le côté didactique qu'on ne retrouve pas dans les quelques rares textes? Et quel propos est livré?

J'aime bien l'idée de partir d'une ambiance totalement ludique pour y greffer une réflexion, une analyse, un propos.

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.