Anecdotes ... questionnement
Futurs possibles : dix tendances pour l'humanité

Serge Denoncourt

Entrevue très intéressante de Serge Denoncourt au sujet de la pièce de théâtre qu'il met en scène à L'Escpace GO: Oreste: The Reality Show (13 janvier au 7 février).

Extrait:
«En amalgamant la tragédie grecque et la téléréalité, on met en lumière le parallèle qu'on peut faire entre le spectateur assis au théâtre d'Épidaure il y a deux mille ans, et nous, assis dans notre salon devant notre téléviseur, explique Serge Denoncourt. Depuis longtemps, je pense que les tragédies grecques ressemblent tout à fait à ce qu'on peut voir aujourd'hui dans les médias. Des scandales sexuels, des meurtres qui n'ont pas de bon sens, c'est du 9-1-1, c'est la page deux du Journal de Montréal. Ce ne sont ni plus ni moins que de bonnes histoires, des soaps comme Dallas ou Dynasty!»


J'aime beaucoup cette réflexion, ce parallèle avec le monde grec, associé à la «pureté rationnelle», et notre monde de télé-réalité, de vedettariat, souvent décrit comme une décadence de l'esprit. Le théâtre classique grec et notre reality-show, un rapprochement intriguant.

Pour ceux qui y sont allés, cette pièce devrait être mise en lien avec la réflexion d'hier soir au Musée de la civilisation et toutes celles dont on entend parler dans les divers médias.

Je ne suis pas attirée par les spectacles tel Loft Story, Star Académie et autres. J'ai même un préjugé défavorable à leur égard. Mais je ne peux nier les cotes d'écoutes qu'ils réussissent à aller chercher. Tout en sachant qu'elles sont fort probablement induites par le battage publicitaire qui y est associé. Pour plusieurs, il fallait écouter ces spectacles pour suivre le courant, suivre les discussions qui s'ensuivent le lendemain matin dans les bureaux et dans les cours d'école.

Alors voilà, le rapprochement entre les tragédies grecques et les tragédies québécoises, ça me plaît. Ça nous fait réfléchir.

Ce que j'aime de toutes ces discussions sur la télé-réalité, c'est que nous avons, comme peuple, une réflexion collective (mais vraiment collective, tout le monde en parle!) sur la qualité de notre télévision, de notre fiction et de nos valeurs.

Parlez-en en bien. Palez-en en mal. Mais parlez-en... ça nous fait réflechir... ça nous fait évoluer comme peuple, comme société.

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.