Futurs possibles : dix tendances pour l'humanité
Liste rouge

La bonne âme de Setchouan

Vendredi dernier était soir de théâtre: La bonne âme de Setchouan de Bertold Brecht.

Une GRANDE pièce de théâtre. Une oeuvre magistrale. Un moment magique de création humaine.

Vous DEVEZ aller voir La bonne âme..., c'est une création majeure que Québec a la chance et la fièreté d'avoir pondu.

Le thème est celui de la bonté, de la générosité, sur fond de contrastes, de contradictions et de déchirements. Qu'est-ce qu'être bon? Et quand tout notre monde «prend le bord» peut-on être encore bon? Y a-t-il une bonne âme à Setchouan? Oui, Chen-Te est une bonne âme... mais quel en est le prix?

Êtes-vous prêts à charger sur vos épaules le poids de la bonté et de la générosité? Y a-t-il une bonne âme chez-vous? Êtes-vous réellement une bonne âme ou laissez-vous simplement votre vie se mouvoir comme un canard impassible sur une mer houleuse?

Générosité, abus, réflexions, bonté, sourires, manipulations, colères, tout y passe. Tout y passe majestueusement, avec grandeur. Parce que c'est de ça qu'il s'agit: notre âme, notre personnalité, notre attitude.

Ça se passe au Setchouan mais ça pourrait se passer ici.


Un immense bravo à Antoine Laprise et à toute son équipe de création et surtout, aux comédiens. Vous nous offrez généreusement un grand moment de théâtre.

... et je me permets d'exprimer le souhait que vous restiez tous à Québec pour continuer à répandre votre bonne âme théâtrale... parce que c'est de ça dont il s'agit aussi!


Allez-y. Vous n'avez pas le droit de ne pas aller humer le parfum de la réflexion sur ce qu'est une bonne âme.

J'attends vos commentaires. ;-)

Commentaires

Selenn

pffff le quebec a jamais pondu ca !! Brecht est autrichien !

Ana

La création théâtrale des artistes, metteurs en scène, costumiers, etc. vient d'ici. La création littéraire vient de l'auteur Autrichien, c'est bien évident!

Quand on est capable de lire entre les lignes les nuances de la langue française, on est à même de s'exprimer avec respect... et non avec suffisance.

Polia

Brecht était bavarois... autrichien? Il ne l'a été que parce que l'Allemagne lui refusait un passeport...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.