Les suggestions de Yann Martel - suite

Le 10 mai, je vous mentionnais le début de ma lecture de La ferme des animaux de George Orwell.

Jeudi ou vendredi soir, Mario m'a gentiment fait comprendre qu'il attendait mon commentaire sur cette lecture. Voici donc le status de cette lecture.

La lecture de La ferme des animaux est on ne peut plus simple. L'écriture est légère, l'histoire est légère et on peut deviner rapidement l'issue de l'histoire. Globalement, des animaux d'une ferme décident de reprendre en main leur destinée et de chasser l'humain de leur vie. Les cochons prennent la tête de leur destinée collective. La suite, présente sous forme animale, les principales formes de la domination politique que l'on retrouve, malheureusement, si souvent chez les dictateurs humains.

Une lecture que je suggérerais d'effectuer à l'adolescence lorsque l'on est intéressé à explorer les divers aspects de la rébellion.

Le troisième livre suggéré par Yann Martel est Le meurtre de Roger Ackroyd de l'écrivaine Agatha Christie. Ayant déjà lu ces romans, je ne me suis pas empressée d'aller l'acheter. J'avoue que j'étais un peu soulagée d'avoir une pause. ;-)

Ainsi, j'ai attendu le quatrième titre :À la hauteur de Grand Central Station je me suis assise et j'ai pleuré de Elizabeth Smart. Aujourd'hui, je vais donc à la librairie. Déception! L'auteure est Canadienne, le livre est publié à Montréal et n'est donc pas disponible ici sans une commande spéciale! Je ne peux donc pas lire ce quatrième livre. Il me faudra attendre une livraison spéciale avec nos prochains visiteurs. :-(

Pour passer mon dépit, je me suis rabattue sur Le meurtre de Roger Ackroyd. Je l'avais déjà lu. J'avais le livre à Québec, mais il est dans une boîte en carton au fin fond d'un sous-sol. Je l'ai donc racheté. Au moins, je sais que je passerai un bon moment à lire un livre que je sais être bon.

Je ne vous ferai pas de commentaire sur ma lecture, si ce n'est que j'ai été surprise de lire sur Wikipedia qu'il a suscité une grande polémique lors de sa parution en raison du procédé d'écriture employé par son auteure (si vous n'avez pas lu le livre, ne lisez surtout pas la notice sur wikipedia : on y dévoile l'intrigue).

On se retrouve avec le prochain livre que je pourrai acheter ici. ;-)


Les livres de Stephen Harper

Le 16 avril dernier, Clément avait mentionné l'existence du projet de l'auteur Yann Martel d'envoyer (et donc suggérer!) des livres au Premier ministre Stephen Harper. L'idée a succité bien des réactions (voir notamment ici et ). Le but de l'actuelle note n'est pas de commenter le projet de Yann Martel, mais bien de récupérer le concept pour moi.

Parce que voyez-vous, moi, je ne suis loin d'être aussi occupée que notre PM, alors je me suis dit, tiens, je vais voir ça dit quoi ces livres-là. Pas pour flasher. Je suis loin d'être du genre à vouloir flasher. C'est plutôt que je reproche à mon cursus scolaire de ne pas m'avoir suffisamment mis en contact avec les « grands livres ». Martel me donne l'occasion de suivre une ligne toute tracée. J'embarque donc dans le train pendant qu'il passe... tout en me gardant le droit d'en descendre au moment de mon choix. ;-)

J'ai donc lu la première suggestion : La Mort d'Ivan Illitch de Léon Tolstoï (plus les deux autres nouvelles du livre que j'avais acheté). Je n'ai pas trouvé que c'était si extraordinaire que ça pour un « classique », mais c'est bien écrit et je me suis même surprise à y trouver un certain plaisir. Et puisque j'y repense régulièrement, j'y vois le signe que la narration est bonne.

Nous venons d'acheter le second : La ferme des animaux de George Orwell. On verra bien ce que ça dit! ;-)


«Les enfants de la liberté» de Marc Levy

Lesenfantsdelaliberte_2


Je viens tout juste de terminer la lecture du dernier livre de Marc Levy : Les enfants de la liberté. Émotive comme je suis, mes yeux larmoient.

J'ai lu tous les Levy et je les ai tous aimés. Distrayants, on « embarque » sans problème dans l'histoire, simples à lire et rudement bien écrits. Le dernier m'avait déçue par le changement de style, mais comme j'ai conservé cette histoire en tête un bon moment, j'en ai conclu que je l'avais aimée. Donc quand j'ai vu le nouveau livre lundi dernier à la librairie, j'ai décidé de lui accorder une nouvelle chance. J'ai lu la description. Aucune idée de ce que sera l'histoire. En tous cas, moi, je n'avais rien deviné. Ça parlait de liberté et j'aime l'idée de la liberté. J'ai donc acheté. Dès les premières pages, surprise, ça parle de la guerre. Je sais, guerre et liberté vont souvent de pair. Je suis déçue.

Or, Levy raconte vraiment bien ses histoires. On se sent à côté des personnages, on partage leurs péripéties. Et quand je ne lisais pas, je pensais juste à eux. Jeannot, Claude et les autres. C'était le signe qu'il fallait continuer. J'ai donc continué. Et puis l'histoire nous prend totalement et il faut l'entendre jusqu'au bout. Il faut comprendre. Ne pas rester avec des points d'interrogations.

Je viens tout juste de le terminer. Il est vraiment bien écrit. Je vous le recommande.

Et je peux vous dire que ça me fait tout drôle de lire des noms de villes où je suis allée ici en France. En voyage. Je réalise (ok, c'est un peu ridicule que je le réalise pleinement à ce moment), que pour bien des gens évoquer ces villes, rappelle un douloureux souvenir. Alors que pour d'autres, ils ne sont que des lieux de vacances, des lieux où ils seront heureux, qu'ils vont explorer caméra à la main. C'est ce que l'on appelle le poids de l'histoire qui habite un lieu, mais qui ne se communique pas nécessairement. C'est aussi le temps qui laisse l'histoire et ses événements dans l'oubli.

Les livres et le cinéma réussisent vraiment à faire resurgir ces passés et à nous les faire comprendre un peu. Les musées aussi.

Curieusement, après la lecture de ce livre, j'aurais le goût de créer une exposition qui l'accompagne. Une exposition qui rassemble des objets de l'Histoire, des photographies anciennes, des témoignages. Pas pour tomber dans le dramatique. Pas pour faire peur. Pour témoigner. « Pour raconter tout cela [dans mes mots], ceux de [mon] époque».


Les coloriés d'Alexandre Jardin

Je vous en avais parlé ici. Les coloriés écrit par Alexandre Jardin, publié chez Gallimard.

Je l'ai eu en cadeau pour la fête des mères.

Je l'ai terminé hier soir.

Très beau livre que j'aimerais bien voir en «vrai».

Un peu moralisateur pour nous les adultiens mais il faut tout de même s'en inspirer.

Dites, allez-vous jouer à On dirait qu'on serait... aujourd'hui?


On dirait que ma journée serait une chasse au trésor...